Página principal   |  Sobre esta colección  |  Ayuda  |  Aclarar       Inglés  |  Francés  |  Español  
Documento completo
Capítulo completo
Expandir índice
Preferencias
Ir a la sección anterior Ir a la siguiente sección

cerrar este libroMoustiquaires imprégnées d'insecticide - Manuel à l'intention des responsables de programmes nationaux de lutte antipaludique (OMS; 2003; 114 pages) [EN]
Ver el documentoListe des abréviations
Ver el documentoPréface
Ver el documentoRemerciements
abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre I: Introduction
abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre II: Evaluation
abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre III: Planification, surveillance et évaluation
cerrar esta carpetaChapitre IV: Approvisionnement et achat
abrir esta carpeta y ver su contenido4.1 Moustiquaires
cerrar esta carpeta4.2 Insecticides
Ver el documento4.2.1 Insecticides
Ver el documento4.2.2 Formulations
Ver el documento4.2.3 Conditionnement et étiquetage
Ver el documento4.2.4 Quantité
Ver el documento4.2.5 Sources d'approvisionnement
Ver el documento4.2.6 Sécurité
Ver el documento4.2.7 Surveillance de l'efficacité
Ver el documento4.3 Systèmes de passation de commande
abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre V: Financement et distribution
abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre VI: Promotion
abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre VII: Marketing social
Ver el documentoCouverture arrière
 

4.2.6 Sécurité

Le principe actif des insecticides et les solvants employés dans certaines formulations peuvent être toxiques pour l'homme et l'environnement. Même si aucun décès dû aux pyréthrinoïdes n'a été notifié, il faut prendre les mesures nécessaires pour protéger les gens.

Il faut également procéder soigneusement à l'élimination de l'insecticide afin de protéger l'environnement de ses effets nocifs.

Les risques d'effets secondaires indésirables dépendent de la toxicité de l'insecticide utilisé et de la façon dont il est manipulé et employé. Les personnes qui imprègnent de nombreuses moustiquaires présentent parfois des symptômes transitoires, par exemple une paresthésie (engourdissement ou fourmillements anormaux). Le trempage des moustiquaires doit être effectué dans des endroits bien aérés, de préférence à l'extérieur, afin d'éviter l'accumulation de vapeurs toxiques. Il faut porter des vêtements protecteurs, notamment des gants et des lunettes, surtout dans le cas d'imprégnation de masse. Après le traitement insecticide, les moustiquaires doivent être mises à sécher correctement et n'être utilisées qu'une fois entièrement sèches. Le risque d'effets secondaires indésirables chez les utilisateurs de moustiquaires est très faible.

Il est crucial d'éviter de contaminer les sources d'eau avec l'insecticide. Les restes d'insecticide dilué et l'eau dans laquelle les moustiquaires ont été lavées doivent être éliminés dans une fosse à déchets ou une fosse d'aisance.

Les moustiquaires imprégnées ne doivent pas être lavées dans les petites rivières, les cours d'eau ni les mares, afin d'éviter leur contamination et des effets toxiques sur les poissons et les crustacés.


Figure 13 Il faut laver les moustiquaires dans un seau ou une cuvette plutôt que dans une rivière pour éviter de contaminer les sources d'eau avec l'insecticide. Essorer légèrement de façon à ne pas perdre trop de produit. Il convient de porter des gants lorsqu'on lave ou qu'on imprègne des moustiquaires

Source: Chavasse D., Reed C., Attawell K. Insecticide-treated net projects: a handbook for managers. Malaria Consortium, 1999.

Diagnostic et traitement d'une intoxication par les pyréthrinoïdes

En cas d'ingestion de l'insecticide, le risque d'intoxication dépend de la formulation et de la concentration de l'insecticide. Les pyréthrinoïdes sont métabolisés par l'organisme, de sorte que leurs effets sont aigus plutôt que chroniques. Les symptômes d'intoxication sont les suivants: paresthésie, irritation des voies respiratoires supérieures, salivation et parfois, réactions allergiques. Si l'on soupçonne une intoxication, il faut suivre lesétapes 1, 2 et 3:

Etape 1. Recueillir des informations Pour aider un médecin ou un agent médical à fournir le traitement approprié, il faut chercher à savoir:

• le nom de l'insecticide (conserver le flacon ou le sachet pour le montrer au médecin) et les informations marquées sur la notice

• le type d'exposition;

• le moment de l'intoxication;

• la quantité consommée;

• les motifs de l'intoxication.

Etape 2. Administrer les premiers secours

Si la personne ne respire plus:

• dégager la bouche: évacuer les vomissures et la salive;

• poser un mouchoir sur sa bouche pour protéger de l'insecticide la personne qui va administrer les premiers secours;

• pratiquer le bouche-à-bouche si nécessaire.

Si la contamination est cutanée:

• retirer immédiatement tous les vêtements contaminés;

• laver abondamment à l'eau et au savon les zones touchées.

Si l'insecticide a été ingéré:

• faire boire de l'eau en abondance (éviter l'alcool ou le lait).

Si possible donner une suspension de 10 g de charbon activé dans 150 à 200 ml d'eau:

• les vomissements ne doivent être provoqués que par une personne qualifiée (sauf s'il y a une intoxication sévère et qu'aucune aide médicale n'est disponible) car associé aux vomissements il y a un risque d'aspiration de l'insecticide qui pourrait provoquer une pneumonie;

• les vomissements ne peuvent être provoqués que chez une personne parfaitement consciente, en lui titillant le fond de la gorge; du bout du doigt

• donner de l'eau à boire en abondance après les vomissements.

Si l'insecticide a été éclaboussé dans les yeux:

• ouvrir doucement les paupières avec les doigts et rincer à l'eau courante pendant plusieurs minutes.

Si l'insecticide a été inhalé: dégager la victime du lieu d'exposition et là où c'est possible, lui fournir un supplément d'oygène.

Etape 3. Emmener la personne chez un médecin

• Pour une intoxication par les pyréthrinoïdes avec paresthésie prolongée, administrer une préparation huileuse de vitamine E.

• Pour une irritation des voies respiratoires supérieures, soulager les symptômes par inhalation d'un aérosol de vapeur d'eau ou d'un produit antitussif.

• En cas de convulsions survenant à la suite d'une intoxication grave, faire une injection intraveineuse de 5 à 10 mg de diazépam ou d'une autre benzodiazépine.

• On n'administrera des corticostéroïdes qu'en cas de symptômes allergiques avérés.

Source: D. Chavasse, C. Reed, K. Attawell Insecticide-treated net projects: a handbook for managers. Malaria Consortium, 1999.

Pour de plus amples informations concernant la sécurité,il faut se référer au document OMS WHO/CDS/CPE/WHOPES/99.5. Sécurité d'emploi des moustiquaires imprégnées de pyréthrinoïdes: fiche d'information. Disponible sur le site Web à l'adresse suivante: http://www.who.int/ctd/whopes/sptmnfr.pdf

Intervention en cas de difficultés

En cas de réduction apparente de l'efficacité de l'insecticide il faut:

1. Examiner les facteurs opérationnels: l'insecticide peut être employé à la mauvaise dilution, ou après la date de péremption ou son action est mal perçue, ou la moustiquaire est très souvent lavée, ou l'insecticide est mal conservé, ou l'imprégnation n'est pas correcte et il y a un sous-dosage.

2. Contacter le fabricant. s'il n'y a pas d'erreur opérationnelle manifeste, il faut contacter le fabricant et lui indiquer le numéro de lot de l'insecticide. Il doit être en mesure d'indiquer les contrôles de qualité effectués sur tous les lots d'insecticide.

3. Contacter l'OMS pour avis. Il faut contacter l'OMS à Genève, le Bureau régional, ou le bureau dans le pays le plus proche. Des nécessaires de dosage biologique disponibles auprès de l'OMS permettent d'évaluer l'effet des insecticides sur les moustiquaires. Il est possible qu'ils ne soient pas très pratiques dans certaines conditions mais des nécessaires de dosage actuellement à l'étude représentent une option prometteuse.

4. Résistance à l'insecticide. Il faut se renseigner sur la résistance à l'insecticide. Le ministère de la Santé ou d'autres organismes doivent surveiller la résistance aux pyréthrinoïdes dans toutes les régions où les MII sont employées. La résistance est avérée lorsque 20% au moins des moustiques survivent à une exposition à l'insecticide administré aux concentrations diagnostiques, d'après le kit et la méthode OMS d'évaluation de la sensibilité. Lorsqu'une population de moustiques est résistante à un pyréthrinoïde, il est probable qu'elle sera dans une certaine mesure résistante à tous les autres produits de cette famille.

Ir a la sección anterior Ir a la siguiente sección

Por favor envíe sus comentarios   Inglés  |  Francés  |  Español