Page d'accueil   |  A propos de cette collection  |  Aide  |  Effacer    Anglais  |  Français  |  Espagnol  

Agences ayant collaboré à la production de HELID



A propos de l'OMS
A Propos du Programme de Préparatifs pour les Catastrophes le l'OPS/OMS
LE HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS
La Mission de l'UNICEF
The International Strategy for Disaster Reduction
Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
Le Comité international de la Croix Rouge (CICR)
Commission des Femmes pour les Femmes et les Enfants Réfugiés
Le Projet Sphère


A propos de l'OMS

"Le but ultime de l'OMS est d'augmenter l'indépendance de ses pays membres. L'OMS désire qu'ils soient plus résistants pendant une crise, qu'ils soient capables d'absorber l'assistance humanitaire sans en être accablés et, une fois la crise finie, qu'ils s'orientent vers une récupération en profitant au maximum des leçons apprises.".
(Gro Harlem. Brundtland: Directeur General de l'OMS)

L'OMS applique le modèle de santé publique à la réduction de la catastrophe et a l'assistance humanitaire. Pour l'action dans le pays, au niveau global et régional, l'OMS travaille pour réduire la perte évitable de vies, maladies et l'invalidité due aux catastrophes naturelles, humaines, pour la mitigation des catastrophes sur la santé, les structures et les systèmes qui lui sont liées, et pour assurer que le développement sanitaire ne s'arrête pas en situation de crises, mais continue à travers le secours et la réhabilitation.

La réduction de la catastrophe est reconnue comme une fonction clé de l'OMS. L'Organisation actualise et dissémine les connaissances et développe des instruments pour soutenir les agences nationales et internationales qui travaillent pour la mitigation, préparation, réponse et réhabilitation.

Un souci particulier de l'OMS est que ces efforts de santé publique soient coordonnés avec de bons résultats à long terme même si elle aide aussi immédiatement les partenaires et systèmes locaux. La clé de cette stratégie est de faciliter le dialogue basée sur les problèmes de santé publique et de bonnes pratiques de santé publique internationalement acceptées. L'OMS crois que les données et les guides de santé publique sont de les meilleurs outils pour la coordination et cela s'applique aussi à la réduction de la catastrophe.

C'est pourquoi, grâce au support du Département du Royaume Uni pour le Développement International, l'OMS a produit ce CDROM contenant une collection des pratiques courantes de la santé publique pour la réduction des catastrophes, fournies par les principaux acteurs humanitaires.
Les matériels inclus dans ce CDROM sont considérés comme ayant une valeur technique universelle.

Pour plus d'information sur la façon dont l'OMS fonctionne, mobilise, coordonne et administre ses ressources principales en urgence, vous pouvez visiter : http://www.who.int/eha/disasters/ ou contacter crisis@who.int ou écrire à l'adresse postale

Organisation mondiale de la Santé
Interventions sanitaires en cas de crise
Avenue Appia 20
1211 Genève 27, Suisse


 Haut de la page

A Propos du Programme de Préparatifs pour les Catastrophes le l'OPS/OMS

L'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) est un organisme international de santé publique ayant plus de 100 ans d'expérience dans l'amélioration de la sainte et des conditions de vie des peuples des Amériques. Elle jouit d'une reconnaissance internationale comme faisant partie du système des Nations Unies, et agit comme Bureau Régional pour les Amériques de l'Organisation mondiale de la Santé. Dans le Système Interaméricain, c'est l'organisme spécialise dans la santé.

En 1976, l'Organisation panaméricaines de la Santé a créé le Programme de Préparatifs pour les Catastrophes et Coordination des Secours en Cas de Catastrophes. Elle répondait ainsi a la demande des pays membres de créer une unité technique pour aider le secteur santé a renforcer les activités de préparatifs, réponse et mitigation des catastrophes.

Des lors, son objectif principal a été d'appuyer les ministères de santé de la région dans la création et le renforcement permanent des Programmes Nationaux du Secteur Santé pour la Réduction des Catastrophes. Cet appui s'est organise en trios axes principaux: Préparatifs aux catastrophes, Mitigation des catastrophes et soutien dans la réponse suivant la catastrophe. Le Programme contient aussi une série de projets techniques spécialises: Mitigation des catastrophes des hôpitaux et des systèmes d'eau potable, Système de gestion des biens humanitaires, usage d'Internet pour les Catastrophes et les urgences et le Centre Régional d'Information sur les Catastrophes.

Une des activités essentielles a été la publication d'information technique et la production de matériels de formation sur les Catastrophes (livres, diapositives, vidéo) et les efforts pour diffuser et distribuer cette information a moindre coût, dans tous les pays de la Région. La création de cette bibliothèque virtuelle des Catastrophes est une étape supplémentaire de ce long voyage.

Si vous souhaitez plus d'information sur ce programme ou ses activités, vous pouvez consulter le site web http://www.paho.org/desastres et écrire à disaster@paho.org, ou bien a l'adresse postale suivante:

Organisation Panamericana de la Salud
Programa de Preparativos para desastres
525 twenty-third street, N.W.
Washington DC 20037, EUA
Fax: (202) 775 45 78

Pour obtenir plus d'information technique sur les catastrophes, nous vous conseillons de consulter aussi le CRID, Centre Régional d'Information sur les Catastrophes, situe à San José, Costa Rica. A ce jour, vous pouvez consulter sur Internet la base de données CATASTROPHES avec plus de 13000 documents: http://www.crid.or.cr ou ecrivez a crid@crid.or.cr


 Haut de la page

LE HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS

La mission du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) est d'assurer protection et assistance aux réfugiés. Créé par l'Assemblée générale des Nations Unies et basé à Genève, le HCR entre en fonction en 1951 pour venir en aide à plus d'un million de réfugiés européens au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Les réfugiés relevant du mandat du HCR sont définis comme des personnes qui ont fui leur pays et ne peuvent ou ne veulent pas y retourner, craignant avec raison d'être persécutées du fait de leur race, de leur religion, de leur nationalité, de leurs opinions politiques ou de leur appartenance à un groupe social particulier.

Depuis sa création, le HCR est venu en aide à quelque 50 millions de réfugiés, ce qui lui a valu par deux fois le prix Nobel de la paix. Mais le problème des réfugiés continue de s'étendre : ils étaient environ deux millions au début des années 70 et sont plus de 27 millions en 1995. En 2000, il y a plus de 22 millions de réfugiés et autres personnes relevant de la compétence du HCR aux quatre coins du monde. A ce chiffre, il convient d'ajouter entre 20 et 25 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, ce qui porte à environ 50 millions le nombre de personnes déracinées sur terre, soit un être humain sur 120.

L'actuel Haut Commissaire est Monsieur Ruud Lubbers, ancien Premier Ministre des Pays-Bas, qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2001. Nommé pour un mandat de trois ans, Monsieur Lubbers devient ainsi le neuvième Haut Commissaire de l'organisation. Chaque année, le Haut Commissaire rend compte des activités du HCR à l'Assemblée générale des Nations Unies, par l'intermédiaire du Conseil économique et social. Les programmes du HCR sont approuvés et suivis par son Comité exécutif, actuellement composé de 57 pays membres.

La responsabilité première du HCR est la « protection internationale » des réfugiés. A ce titre, le HCR veille à ce que leurs droits fondamentaux soient respectés, notamment le droit à l'asile, en s'assurant qu'ils ne sont pas renvoyés contre leur gré dans un pays où ils ont de bonnes raisons de craindre d'être persécutés. L'organisation encourage l'adoption et l'application d'instruments internationaux en matière de réfugiés, tout en veillant à ce que les gouvernements respectent leurs engagements. Le HCR dispense également une aide matérielle et fournit des vivres, de l'eau potable, des abris et des soins médicaux aux civils contraints à l'exil.

Pour le HCR, assurer la protection des réfugiés signifie en particulier trouver des solutions durables à leurs problèmes. Trois solutions sont possibles : le rapatriement volontaire dans leur pays ou région d'origine, l'intégration dans le pays où ils ont trouvé refuge la première fois ou la réinstallation dans un pays tiers. La plupart des réfugiés préfèrent la solution du rapatriement volontaire. Mais cela n'est pas toujours possible. Le HCR doit alors les aider à refaire leur vie ailleurs - dans le premier pays d'asile ou dans un pays tiers qui accepte de les accueillir.

Le Secrétaire général de l'ONU a demandé à plusieurs reprises au HCR de venir en aide aux civils déplacés à l'intérieur de leur pays, les « déplacés internes ». Depuis la fin de la guerre froide, le nombre de guerres civiles et de conflits ethniques a considérablement augmenté et, conjointement, celui des déplacés internes. Ils sont aujourd'hui entre 20 et 25 millions à travers le monde. Ces personnes, qui n'ont pas franchi de frontières internationales, ne sont pas protégées par les mêmes conventions internationales que celles dont bénéficient les réfugiés. Pourtant, elles vivent le même drame et endurent les mêmes souffrances. Depuis 1970, le HCR a pris part à plus de 30 opérations destinées à leur venir en aide, comme, au Kosovo et au Timor récemment.

Les programmes du HCR sont financés par des contributions volontaires provenant essentiellement de gouvernements, mais également de particuliers ou d'organisations privées. Le HCR dispose en outre d'un montant limité, soit moins de deux pour cent du montant global du budget régulier des Nations Unies, consacré uniquement aux frais administratifs.

En 2000, le budget du HCR a été de 954,4 millions de dollars. Les Etats-Unis (245 millions de dollars), le Japon (100 millions de dollars) et les Pays-Bas (48 millions de dollars) figurent au rang des principaux donateurs. Le budget pour l'an 2001 s'élevait à 954 millions de dollars.

En janvier 2001, le HCR employait 5196 personnes dans 275 bureaux répartis sur 121 pays. La plupart de son personnel, soit 83% de ses effectifs, travaillent sur le terrain, souvent dans des endroits éloignés et dangereux. Les principaux programmes d'assistance menés par le HCR au cours de la première année du nouveau millénaire incluent le Sud-Est de l'Europe, l'Est et la corne de l'Afrique ainsi que la région des Grands Lacs, l'Afrique de l'Ouest et du Centre, ainsi que l'Asie du Sud-Ouest.

Pour de plus amples informations:

Service de l'information du HCR
Case postale 2500
1211 Genève 2 - Suisse
Téléphone: (41 22) 739-8502
Fax: (41 22) 739-7315
e-mail: hqpi00@unhcr.ch
http://www.unhcr.ch


 Haut de la page

La Mission de l'UNICEF

L'UNICEF est chargé par l'Assemblée générale des Nations Unies de défendre les droits des enfants, d'aider à répondre à leurs besoins essentiels et de favoriser leur plein épanouissement.

L'UNICEF s'appuie sur la Convention relative aux droits de l'enfant et oeuvre pour que les droits de l'enfant s'inscrivent dans une éthique sociale et dans un code de conduite international en faveur des enfants.

L'UNICEF fait valoir que la survie, la protection et l'épanouissement des enfants sont des impératifs universels du développement dont le respect est indispensable au progrès de l'humanité.

L'UNICEF mobilise la volonté politique et des ressources matérielles pour aider les pays, en particulier les pays en développement, à donner la priorité aux enfants, et pour renforcer leur capacité de formuler des politiques appropriées et de mettre en place des services en faveur des enfants et des familles.

L'UNICEF s'attache à faire bénéficier d'une protection spéciale les enfants les plus vulnérables, notamment les victimes de la guerre, de catastrophes, de la pauvreté extrême et de toute forme de violence ou d'exploitation, ainsi que les enfants handicapés.

L'UNICEF intervient durant les situations d'urgence pour protéger les droits des enfants. En coordination avec les organismes des Nations Unies et les organismes humanitaires, l'UNICEF met l'infrastructure unique dont il dispose pour intervenir rapidement au service de ses partenaires afin de soulager la souffrance des enfants et de ceux qui en ont la charge.

L'UNICEF est une organisation non partisane et sa coopération est exempte de toute discrimination. Dans toutes ses initiatives, la priorité est donnée aux enfants les plus désavantagés et aux pays les plus démunis.

L'UNICEF s'efforce, par l'intermédiaire de ses programmes de pays, de faire en sorte que les femmes et les filles aient des droits égaux à ceux des hommes et d'appuyer leur pleine participation au développement politique, social et économique des collectivités dans lesquelles elles vivent.

L'UNICEF oeuvre, avec le concours de tous ses partenaires, à la réalisation des objectifs de développement humain durable que s'est fixés la communauté mondiale et de l'idéal de paix et de progrès social consacré par la Charte des Nations Unies.

http://www.unicef.org/french/about/missfren.htm


 Haut de la page

The International Strategy for Disaster Reduction

The International Strategy for Disaster Reduction was launched by the General Assembly of the United Nations to provide a global framework for action with the objective of reducing human, social, economic and environmental losses due to natural hazards and related technological and environmental phenomena. The ISDR aims at building disaster resilient communities by promoting increased awareness of the importance of disaster reduction as an integral component of sustainable development. In January 2000, through its resolution 54/219, the General Assembly established two mechanisms for the implementation of the ISDR, the Inter-Agency Secretariat and the Inter-Agency Task Force on Disaster Reduction. This was reconfirmed in resolution 56/195 in December 2001. ISDR builds on the learning from IDNDR, the Yokohama Strategy and Plan of Action and the Geneva Mandate of 1999.

The General Assembly also calls upon governments to establish national platforms or focal points for disaster reduction, and to strengthen them where they already exist, with a "multisectoral" and inter-disciplinary approach.

The ISDR promotes four objectives as tools towards reaching disaster reduction for all:

  • Increase public awareness to understand risk, vulnerability and disaster reduction globally
  • Obtain commitment from public authorities to implement disaster reduction policies and actions
  • Stimulate interdisciplinary and "intersectoral" partnerships, including the expansion of risk reduction networks
  • Improve scientific knowledge about disaster reduction

ISDR Secretariat, United Nations
Office at Geneva
Palais des Nations CH 1211 Geneva 10 Switzerland
Tel (4122) 917-2762 Fax (4122) 917-0563
isdr@un.org
http://www.eird.org
http://www.unisdr.org
http://www.crid.or.cr

Estrategia Internacional para la Reducción de Desastres
Unidad Regional para América Latina y el Caribe
Apartado postal 3745-1000, San José, Costa Rica
Tel (506) 224-1186/224-6941 Fax (506) 224-7758
eird@eird.org


 Haut de la page

Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Notre mission, notre rôle

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est la plus grande organisation humanitaire au monde; elle dispense son aide sans distinction de nationalité, de race, de religion, de classe ou d'opinions politiques.

Fondée en 1919, la Fédération internationale compte 178 Sociétés nationales membres, un Secrétariat à Genève et plus de 60 délégations réparties en différents points du globe où elles soutiennent les activités qui s'y déroulent. D'autres Sociétés sont en formation. Dans de nombreux pays islamiques, le croissant rouge est utilisé au lieu de la croix rouge.

La mission de la Fédération est d'améliorer les conditions d'existence des personnes vulnérables en mobilisant le pouvoir de l'humanité. Les personnes vulnérables sont celles dont la survie même est menacée ou qui risquent de ne plus jouir d'un niveau acceptable de sécurité socio-économique et de dignité humaine. Il s'agit souvent de victimes de catastrophes naturelles, de la pauvreté qu'engendrent les crises socioéconomiques, de crises de santé, ainsi que de personnes réfugiées.

La Fédération mène des opérations de secours en faveur des victimes de catastrophes. Elle associe à ces opérations des activités de développement pour renforcer les capacités des Sociétés nationales. Son travail est axé sur quatre domaines essentiels : la promotion des valeurs humanitaires, l'intervention en cas de catastrophe, la préparation aux catastrophes, la santé et l'assistance aux personnes au niveau communautaire. De plus amples renseignements sur les activités menées dans ces domaines figurent à la section "Que faisons-nous?".

La principale force de la Fédération réside dans son réseau unique de Sociétés nationales qui couvre presque tous les pays du monde. La coopération entre les Sociétés nationales donne à la Fédération des possibilités accrues d'apporter une assistance aux personnes qui en ont le plus besoin et de développer leurs propres capacités. Au niveau local, le réseau permet à la Fédération d'atteindre chaque communauté.

Le rôle du Secrétariat de la Fédération à Genève est de mobiliser et de coordonner les secours lorsque se présente une situation d'urgence dans le monde, de promouvoir la coopération entre les Sociétés nationales et de représenter celles-ci sur la scène internationale.

Les délégations de la Fédération sur le terrain ont pour mission d'aider et de conseiller les Sociétés nationales en ce qui concerne les opérations de secours et les programmes de développement, et d'encourager la coopération régionale.

La Fédération internationale, les Sociétés nationales et le Comité international de la Croix-Rouge constituent, ensemble, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.


 Haut de la page

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR)

http://www.icrc.org/

La mission du CICR: Organisation impartiale, neutre et indépendante, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a la mission exclusivement humanitaire de protéger la vie et la dignité des victimes de la guerre et de la violence interne, et de leur porter assistance. Il dirige et coordonne les activités internationales de secours du Mouvement dans les situations de conflit. Il s'efforce également de prévenir la souffrance par la promotion et le renforcement du droit et des principes humanitaires universels. Créé en 1863, le CICR est à l'origine du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Informations

webmaster.gva@icrc.org (pour des questions sur le site web ou toute autre information disponible)

review.gva@icrc.org (pour écrire à la Revue Internationale de la Croix Rouge)

press.gva@icrc.org (pour plus d'informations médiatique ou opérationnelle

helpicrc.gva@icrc.org (questions sur Comment aider le ICRC : faire un don ou une demande)

Adresse postale :
Centre d'Information Publique du Comité International de la Croix Rouge
19 avenue de la Paix
CH 1202 Genève

Fax :
++ 41 (22) 733 20 57 ICRC général ;
++ 41 (22) 730 20 82 Centre d'Information Publique

Téléphone :
++ 41 (22) 734 60 01

Ordre des publications de l'ICRC, films et photos:

Comité International de la Croix Rouge (ICRC)
Unite de Production-Marketing-Distribution
19 avenue de la Paix CH 1202 Gen*ve

E-mail : webmaster.gva@icrc.org;
Fax : ++ 41 22 730 20 82


 Haut de la page

Commission des Femmes pour les Femmes et les Enfants Réfugiés

La Commission des Femmes pour les Femmes et les Enfants Réfugiés travaille pour améliorer la vie et défendre les droits des réfugiés et des femmes, enfants et adolescents déplacés à l'intérieur de leur pays.

  • Nous apportons notre support pour qu'ils fassent partie et qu'ils participent aux programmes d'assistance humanitaire et de protection
  • Nous fournissons nos connaissances techniques et nos conseils de ligne de conduite aux donateurs et organisations qui travaillent avec les réfugiés et les personnes déplacées
  • Nous faisons des recommendations à ceux qui tracent les lignes de conduite, basées sur la recherche et les informations rigoureuses rapportées de missions d'évaluation
  • Nous nous joignons aux femmes, enfants et adolescents pour nous assurer que leurs voix soient entendues à partir des communautés jusqu'aux plus hauts conseils de gouvernements et organisations internationales
  • Nous faisons cela avec la conviction que le pouvoir de ces autorités est la route la plus sure pour arriver à un plus grand bien-être de toutes les personnes déplacées de force
  • La Commission des Femmes pour les Femmes et les Enfants Réfugiés est membre indépendant affilié au Comité de Secours International. La Commission a été fondée en 1989.

Commission des Femmes pour les Femmes et les Enfants Réfugiés
122 East 42nd, 12th Floor
New York, NY 10168
tel: 212.551.3088 or 3111
fax: 212.551.3180
wcrwc@womenscommission.org
http://www.womenscommission.org


 Haut de la page

Le Projet Sphère

Charte humanitaire et normes minimales à appliquer aux interventions lors de catastrophes

Comité de direction du Projet Sphère:

  • Le SCHR, alliance formée par : Care International, Caritas Internationalis, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, International Save the Children Alliance, la Fédération luthérienne mondiale, Médecins sans frontières International, Oxfam International et le Conseil Ecuménique des Églises.
  • InterAction, coalition de plus de 150 organisations à but non lucratif, basées aux États-Unis, dont l'action vise à promouvoir le respect de la dignité humaine et le développement dans 165 pays, à travers le monde.
  • VOICE, Voluntary Organizations in Co-operation in Emergencies
  • le CICR, Comité international de la Croix-Rouge
  • le CIAB, Conseil international des agences bénévoles

Historique

En juillet 1997, un groupe d'agences humanitaires (dont la liste figure au dos de la couverture) lançait le Projet Sphère. Il s'agissait d'élaborer un ensemble de normes minimales universelles à respecter dans des domaines essentiels de l'assistance humanitaire (approvisionnement en eau et assainissement, nutrition, aide alimentaire, aménagement des abris et des sites d'accueil et services de santé). Le projet a pour objectifs d'améliorer la qualité de l'assistance apportée aux populations touchées par les catastrophes et d'accroître la responsabilité du monde humanitaire en matière d'intervention en cas de catastrophe.

Le processus

Depuis 1997-1998, un vaste réseau d'experts de chaque domaine examine les protocoles et normes établis par des organisations ? Nations Unies, ONG et autres ? à travers le monde. Le Projet Sphère ne vise pas à formuler de nouvelles normes mais plutôt à regrouper et à faire adopter celles qui existent déjà. Ainsi, l'édition préliminaire, qui est le premier résultat imprimé de cette collaboration, reflète la richesse de l'expérience, des connaissances et des pratiques d'un nombre sans précédent de pays, d'organisations et d'individus.

Le manuel

En novembre 1998, avec la participation de plus de 700 personnes issues de 228 organisations établies dans une soixantaine de pays, le Comité de direction du Projet Sphère a achevé l'édition préliminaire du document Charte humanitaire et normes minimales à respecter lors des interventions en cas de catastrophe (disponible sur le site Internet http://www.sphereproject.org).

LA CHARTE HUMANITAIRE

Une charte fondée sur les droits La Charte humanitaire représente la reconnaissance du droit fondamental à l'assistance que les traités et conventions en vigueur reconnaissent aux victimes de catastrophes et de conflits. Elle repose sur les principes de la Déclaration universelle des droits de l'homme, du droit international humanitaire (Conventions de Genève de 1949 et Protocoles additionnels de 1977) et du droit des réfugiés. Les normes minimales définissent et décrivent le niveau d'aide à assurer lors des interventions si l'on veut respecter le droit à l'assistance humanitaire énoncé dans la Charte.

Principes

Le droit de vivre dans la dignité
Le respect de la distinction entre combattants et non-combattants
Le principe du non-refoulement
Le droit international reconnaît que les personnes touchées par les conflits et les catastrophes ont droit à une protection et une assistance. Il définit l'obligation juridique qui est faite aux États ou aux parties à un conflit de fournir cette aide ou de permettre qu'elle soit fournie. C'est en regard de ces responsabilités essentielles que les agences humanitaires définissent leur rôle.

Les normes minimales

Les normes minimales précisent le niveau minimum acceptable qui doit être atteint dans chaque domaine. Elles décrivent ce que les bénéficiaires sont en droit d'attendre de l'assistance humanitaire. Elles répondent au souci de disposer d'un outil qui permette de créer les conditions nécessaires à l'efficacité des interventions. Bien que le respect de ces normes tienne à tout un éventail de facteurs dont beaucoup ne dépendent pas des agences humanitaires, les organisations qui les adoptent s'engagent, par ce seul acte, à s'efforcer en toutes circonstances de les appliquer et à assumer les responsabilités qui découlent de cet engagement.

Comment contacter la IFRC

Par E-mail:
sphere@ifrc.org

Adresse postale:
P.O. Box 372 1211 Geneva 19, Switzerland
Tel. +41 22 730 45 01
Fax: +41 22 730 49 05

Office:
17, chemin des Crêts
Building B, room 304
Geneva, Switzerland


 Haut de la page

S'il vous plaît envoyez vos commentaires   Anglais  |  Français  |  Espagnol